2 fév au Cantou, Danses circulaires et Intercompréhension

Actualités clin d’œil les Langues se délient

L’association « Yiddish&Cie en Cévennes » dans le cadre
de l’Escale Brésil

du projet « les Langues se Délient » propose deux ateliers :
Danses circulaires et Intercompréhension

Dimanche le 2 février 2020
à la salle du Cantou de 15h à 19h30


de 15h00 à 17h00 : Atelier de danses circulaires avec Esther de Castro

 

« La danse en cercle nous reconnecte à toutes les traditions de ce monde…Nous n’avons jamais appris ces pas jusqu’à ce jour, et étonnamment c’est comme si quelque part notre corps se souvenait… Quel plaisir quand tout est réuni, le rythme intérieur synchronisé avec le rythme extérieur, les mains chaudes et/ou moites qui se serrent ou se délient, le lien, le partage. La joie d’être là. Un plaisir simple, accessible et avec un haut potentiel de ressourcement. » Cécile Hamet

« Naturellement, le simple acte de danser ensemble affranchit les frontières, stimulant les membres de la ronde à respecter, accepter et honorer la diversité. À travers le rythme, la mélodie et les mouvements, c’est une invitation à faire émerger le respect et la douceur pour soi et pour l’autre, l’amélioration de l’estime de soi, tout en mettant le plaisir de danser au centre car il n’y a rien à « réussir ». Le cœur de la Danse Circulaire Sacrée n’est pas la technique mais le sentiment d’union du groupe, … elle est coopérative par nature donc …» Christophe Vincent

de 17h30 à 19h30 : Atelier d’intercompréhension 
lire le portugais brésilien en partant de vos connaissances en français ? Simple comme bonjour si vous vous jetez à l’eau !

avec Delphine Delambre

Le français et le portugais sont des langues assez voisines pour que vous puissiez comprendre des textes en portugais brésilien. Quelques clés vous serviront de passerelles entre les deux langues et c’est en petits groupes que vous découvrirez les textes.

Paul Teyssier, créateur de la pédagogie de l’intercompréhension, nous dit que « la comparaison des langues révèle leur fonctionnement, dévoile une partie de leur histoire et projette une vive lumière sur la façon dont les hommes, à travers elles, appréhendent le monde. »

« Une Europe polyglotte n’est pas une Europe de personnes qui parlent couramment de nombreuses langues, mais, de personnes qui peuvent se rencontrer en parlant chacun sa propre langue et en comprenant celle de l’autre. (Les personnes) comprendraient (ainsi) le « génie », l’univers culturel que chacun exprime en parlant la langue de ses ancêtres et de sa tradition. » C’est Umberto Eco qui le dit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *